Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

DÉCRYPTAGE. Nouvelle université de Bordeaux : pourquoi la fusion continue d'inquiéter à Bordeaux-IV ?

Les trois conseils d'administration de Bordeaux-I, Bordeaux-Segalen et Bordeaux-IV voteront fin mai 2013, pour la dernière fois, pour ou contre leur fusion en 2014. Au sein de Bordeaux-IV (droit-économie-gestion), le sujet divise encore. Les résistances sont fortes à la faculté de droit, divisée entre son doyen « pro-NUB », Jean-François Brisson, et des « anti-NUB » dont certains « porte-paroles » comme Loïc Grard, ex VP recherche (2005-2011), et Florence Deboissy, ex co-listière du président Yannick Lung en 2012, se sont exprimés en assemblée générale le 10 avril dernier. Le dossier de l'Espé, et de son possible rattachement à la NUB, alors que l'IUFM est actuellement rattaché à Bordeaux-IV, a également tendu les relations en interne, de même que le projet d'IUT unique, les deux IUT de Bordeaux-IV (à Bordeaux et Périgueux) refusant une fusion « pure et dure » avec celui de Bordeaux-I.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
à découvrir
Télétravail : les "mesures clés" à mettre en place par les employeurs, managers et salariés (ministère du Travail)

Le ministère du Travail publie sur son site internet trois "guides" sur la mise en place du télétravail, destinés respectivement aux employeurs, aux managers et aux salariés. Pour chacune de ces populations, le ministère énonce sept "mesures clés" à mettre en œuvre, en renvoyant à chaque fois vers des fiches réalisées par l’Anact. Côté employeurs, le ministère recommande par exemple d’identifier les activités télétravaillables, de s’assurer que le cadre du télétravail est défini et connu par chaque collaborateur, de définir les plages horaires auxquelles les salariés en télétravail peuvent être contactés, ou encore de s’assurer de la maîtrise des outils numériques. Côté managers, il est recommandé de "préciser les contours, les attendus et les moyens pour les activités télétravaillables" ou encore de "recueillir régulièrement les besoins et difficultés des collaborateurs".

Lire la suiteLire la suite