Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Débat au Conseil d'État sur la création en 2007 du « ministère de la gestion de la contradiction et de la complexité »

Le ministère qui regroupe les compétences de l'environnement, de l'énergie et de l'équipement, reste « le ministère de la gestion de la contradiction et de la complexité : comment participer au développement économique tout en réduisant les risques ? L'État se réduit de plus en plus à ce devoir impératif de résoudre ces contradictions », juge Jean-François Monteils, conseiller maître à la Cour des comptes après avoir été, de juin 2010 à octobre 2012, secrétaire général du ministère qui a pris les noms de Meeddm, MEDDTL, ou encore Medde, et qui a également était conseiller du Premier ministre en charge de la réforme de l'État de 2007 à 2010. Il s'exprime lundi 22 avril 2013 à l'occasion d'un colloque du Conseil d'État intitulé « Quel devenir pour l'administration de l'environnement ? »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les attributions du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie précisées par décret

Les attributions de Nicole Bricq, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, sont précisées dans un décret publié vendredi 25 mai 2012 au Journal officiel. Le champ de compétences du ministère couvre « les domaines du développement durable, de l'environnement et des technologies vertes, de l'énergie, notamment en matière tarifaire, du climat, de la sécurité industrielle, des transports et de leurs infrastructures, de l'équipement, de la mer, à l'exception de la construction et de la réparation navales », ainsi que « de la pêche maritime et des cultures marines ».

Lire la suiteLire la suite