Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

« Le principal frein au développement des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie est financier » (Raphaël Le Méhauté)

« Le principal frein au développement des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie est financier », affirme Raphaël Le Méhauté, secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance. Il s'exprimait à l'occasion du colloque de l'ANISCG (Association nationale d'intervention sociale en commissariat et gendarmerie), organisé à Paris jeudi 2 mai 2013. Le dispositif des intervenants sociaux dans les services de police et de gendarmerie « a fait ses preuves, mais malheureusement il n'est pas généralisé », souligne-t-il. Il rappelle qu'il y a aujourd'hui « 175 intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie, ce qui correspond en réalité à environ 145 ETP. Cela est très peu par rapport à l'ensemble du territoire ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 89 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Zones de sécurité prioritaires : Manuel Valls souhaite « développer l'intervention sociale » dans les services de police et de gendarmerie

« Je souhaite, dans la mesure du possible, développer l'intervention sociale, d'abord dans les ZSP (zones de sécurité prioritaires) », affirme Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, jeudi 2 mai 2013. Il s'exprimait dans le cadre du colloque de l'ANISCG (Association nationale d'intervention sociale en commissariat et gendarmerie), organisé à Paris. « Les ZSP doivent faire l'objet d'une attention particulière en terme de sécurité, de lutte contre la délinquance, la violence mais aussi de prévention. À ce titre un abondement du FIPD a été obtenu en 2013 pour ces territoires. Il doit notamment permettre de créer de nouveaux postes d'intervenants sociaux en police et en gendarmerie dans les territoires qui n'en sont pas encore pourvus. » Les intervenants sociaux contribuent notamment à l'accueil des victimes en commissariat et gendarmerie, à la prise en charge de personnes en détresse sociale ou au suivi des auteurs et mis en cause.

Lire la suiteLire la suite
« Dans le parcours des victimes, l'accueil par le commissariat est essentiel », Gilles Aubry (Préfecture de police)

« Dans le parcours des victimes, l'accueil par le commissariat est essentiel », indique Gilles Aubry, sous-directeur des services territoriaux de la direction régionale de la police judiciaire de Paris. Il s'exprimait lors du colloque organisé par l'ordre des avocats de Paris sur les violences faites aux femmes, mercredi 21 novembre 2012. Il précise que « l'écoute spécialisée » de victimes de violences conjugales « ne s'improvise pas ». À Paris, un « protocole de répartition des affaires » a été signé entre « police judiciaire, sécurité de proximité et parquet », précise-t-il. Ce texte « confie à la police judiciaire les atteintes aux personnes les plus graves, les homicides et les tentatives, mais également les viols et tentatives de viols ». Pour pouvoir « traiter utilement ces affaires qui sont très difficiles, puisque les victimes viennent dans des situations de grande détresse, nous avons dû spécialiser nos fonctionnaires. Avec l'aide des associations, nous avons mis en place des stages destinés à l'audition des victimes de violences sexuelles », explique-t-il.

Lire la suiteLire la suite
Le Défenseur des droits publie des recommandations pour les interventions de police et de gendarmerie en présence d'enfants

« Ne pas mettre les menottes aux parents devant l'enfant. » Telle est l'une des recommandations du Défenseurs des droits, Dominique Baudis, « à l'usage des forces de police et de gendarmerie lorsqu'elles sont amenées à intervenir dans un domicile où sont présents des enfants ». Ces recommandations sont datés du 26 mars 2012 et ont été mises en ligne sur le site du Défenseur des droits à une date inconnue. Elles visent à « éviter que les interventions soient traumatisantes pour les enfants afin qu'eux-mêmes ne soient pas durablement perturbés et que la représentation qu'ils auront des fonctionnaires de police ou des militaires de la gendarmerie soit positive, en tout cas ne soit pas négative, ce qui pourrait contribuer plus tard à des attitudes agressives à l'encontre de ces derniers », indique-t-il.

Lire la suiteLire la suite
Violences faites aux femmes : « Les élus sécurité ont un rôle majeur » (Véronique Bourdais, maire adjointe de Montreuil)

Les violences faites aux femmes doivent « être un axe fort de la problématique de sécurité de nos villes », déclare Véronique Bourdais, adjointe à la maire (EELV) de Montreuil (Seine-Saint-Denis) chargée de la tranquillité publique, jeudi 28 juin 2012. Elle s'exprimait dans le cadre du débat « Les femmes et la sécurité », organisé par le FFSU (Forum français pour la sécurité urbaine) à Paris. « Les élus sécurité ont un rôle majeur, c'est eux qui peuvent réunir autour d'une table les personnes compétentes », poursuit-elle. Cependant, regrette Véronique Bourdais, « les moyens restent insuffisants : il y a une pénurie de logements [pour reloger les victimes], une sécurisation insuffisante et pas suffisamment de mesures de prévention de la récidive ».

Lire la suiteLire la suite
Une convention pour lutter contre les violences faites aux femmes prévoit des actions pour éviter la récidive

« Améliorer la connaissance des phénomènes de violences faites aux femmes », « renforcer les capacités des personnels » et « développer des actions innovantes de sensibilisation sur les violences sexistes en milieu ouvert et fermé »… Tels sont les principaux axes de travail identifiés et rassemblés dans une « convention relative à la prévention et à la lutte contre les violences faites aux femmes », signée par le directeur interrégional des services pénitentiaires de Paris, Michel Saint-Jean, et le préfet de la région Île-de-France, Daniel Canepa, mercredi 19 juin 2012 à Paris. « Cette convention inédite sera déclinée dans les départements franciliens, avec les Spip et l'appui des déléguées départementales aux droits des femmes et à l'égalité », expliquent les signataires. Elle sera renouvelée chaque année « sous réserve de financements », indiquent-ils sans plus de précisions. Un comité de pilotage annuel suivra la mise en oeuvre de la convention et se réunira pour la première fois à l'automne 2012.

Lire la suiteLire la suite