Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Espé : « On recommence les mêmes erreurs qu'avec les IUFM » (Vincent Troger, universitaire)

« Il n'y a pas eu de bilan des IUFM : on est pressé, il y a le temps politique, et on sait qu'il existe des tensions entre les différents partenaires, qu'on ne veut pas étaler au grand jour », estime Vincent Troger, enseignant-chercheur en sciences de l'éducation à l'IUFM des Pays-de-la-Loire (université de Nantes), dans un entretien à AEF le 6 mai 2013. Ancien professeur en lycée professionnel, Vincent Troger (1) est aujourd'hui chargé de la formation des CPE et des PLP à l'IUFM, et enseigne les sciences de l'éducation à l'université de Nantes. Il est aussi membre du CREN (Centre de recherche en éducation de Nantes). Il revient sur les « remarquables acquis et les lourds dysfonctionnements » des IUFM, et livre son point de vue sur la création des Espé  : « On recommence les mêmes erreurs, sauf qu'au lieu d'être deux, on est trois : aux IUFM et aux rectorats s'ajoutent les universités. »

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Espé : le ministère de l'Enseignement supérieur préconise une durée de stage « de quatre à six semaines » en M1

Une « note à l'intention des porteurs de projet 'Espé' et des responsables des masters MEEF » émanant de la Dgesip (ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche) datée du 9 mai et envoyée également aux recteurs et présidents d'université, dont AEF a eu copie, recommande que les stages « d'observation ou de conduite accompagnée » en master 1 « soient prévus au premier et au deuxième semestre » et que leur durée globale « soit comprise entre quatre et six semaines ». « Le volume horaire d'enseignement en présentiel devrait être de l'ordre de 450 à 550 heures annuelles », précise aussi la note. En M2, « pour les cursus « alternance – Éducation nationale », il devrait être « de l'ordre de 250 à 300 heures annuelles ». La note détaille plusieurs « attentes » concernant les parcours de formation.

Lire la suiteLire la suite

Education et Jeunesse

Aperçu de la dépêche Aperçu
Espé : la « diversité » et la « double culture » Éducation nationale-université sont nécessaires (interview croisée)
Lire la suite

Education et Jeunesse

Aperçu de la dépêche Aperçu
Formation des enseignants : « Le MESR s'est imposé face au MEN » (Philippe Watrelot, Crap-Cahiers pédagogiques)
Lire la suite
Réforme de la formation des enseignants : « Nous sommes très loin des ambitions annoncées » (CDIUFM)

« Les processus d'accréditation menés localement ne conduisent pas, le plus souvent, à créer une véritable école supérieure universitaire : l'Espé (École supérieure du professorat et de l'éducation) ne correspondra, dans bien des cas, ni à une unité de lieu, ni à une unité d'organisation humaine et pédagogique, ni à une unité de formation. (…) Il ne s'agira pas d'une école au sens où les députés et les sénateurs entendent ce terme quand ils votent la loi. » Telle est la position de la CDIUFM (Conférence des directeurs d'IUFM), développée dans un communiqué rendu public vendredi 5 avril 2013. La CDIUFM y fait également le constat d'une situation actuelle éloignée « des ambitions annoncées en matière de professionnalisation ». Pour ces raisons, « les directeurs (…), les personnels des instituts de formation, les spécialistes de l'éducation sont aujourd'hui très inquiets de ce que peut produire le processus en cours : une école supérieure qui n'en est pas une, dans de très nombreux cas, et des contenus de formation qui risquent de renouer, en de multiples occurrences, avec les vieux démons des anciens CPR (centres pédagogiques régionaux) et du début des IUFM. »

Lire la suiteLire la suite