Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Projet de loi ESR : les communistes veulent un débat au Sénat mais voteront contre le texte (B. Gonthier-Maurin)

Le groupe CRC (communiste, républicain et citoyen) au Sénat votera « contre le projet de loi ESR » en commission et en séance publique, « sauf si celui-ci était profondément amendé », indique à AEF Brigitte Gonthier-Maurin, sénatrice des Hauts-de-Seine et vice-présidente de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat. « Pour l'instant », le groupe CRC (20 sièges sur 348) n'a pas décidé de déposer une motion de procédure qui empêcherait l'examen du texte, car la discussion doit permettre « d'identifier les points de débat », notamment au sein de la gauche. Voté par l'Assemblée nationale le 28 mai 2013 (AEF n°188965), le projet de loi ESR est examiné en commission au Sénat le 12 juin. Il le sera le 19 juin en séance publique.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 85 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Réussite des étudiants : le sénateur Jean-Léonce Dupont (UDI) appelle à « lever le tabou de la sélection »

Les sénateurs Dominique Gillot (PS, Val-d'Oise) et Ambroise Dupont (UMP, Calvados) ont présenté mardi 11 juin 2013 en séance publique au Sénat leur rapport sur « L'autonomie des universités depuis la loi LRU : le big-bang à l'heure du bilan » (AEF n°192404 et n°192360), réalisé à la demande de la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois (AEF n°195527). Ce débat de trois heures, en présence de la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, a été l'occasion pour l'ancien rapporteur de la loi LRU, Jean-Léonce Dupont (UDI, Calvados), d'anticiper sur la discussion du projet de loi ESR qui aura lieu au Sénat la semaine prochaine : il regrette notamment l'abandon des PRES et de la possibilité de dévolution du patrimoine, et appelle le gouvernement à « lever le tabou de la sélection » à l'entrée de l'université, seul moyen de s'attaquer à la réussite des étudiant en premier cycle.

Lire la suiteLire la suite
Loi ESR au Sénat : « Plusieurs scénarios que je ne maîtrise pas sont possibles » (Geneviève Fioraso)

Le débat en séance publique sur le projet de loi ESR au Sénat a été repoussé du 18 au 19 juin 2013 et « plusieurs scénarios que je ne maîtrise pas sont possibles », déclare Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, lundi 10 juin 2013, à l'occasion d'un point presse sur APB (AEF n°188024). Elle fait ainsi référence à l'opposition des groupes communistes à l'Assemblée nationale et vraisemblablement au Sénat, ainsi qu'à celle des écologistes, ce qui conduira sans doute au final à un rejet du texte par les sénateurs (AEF n°188129). La ministre évoque aussi les points du projet de loi à améliorer, notamment sur l'évaluation des unités de recherche, le transfert ou les droits d'inscription en CPGE.

Lire la suiteLire la suite
Loi ESR : les conséquences d'un éventuel vote négatif au Sénat, en commission ou en séance publique

Alors que les groupes communiste, écologiste, UDI et UMP ont voté contre le projet de loi sur l'enseignement et la recherche à l'Assemblée nationale (AEF n°188965), plusieurs possibilités se dessinent s'agissant de l'examen du texte par le Sénat qui commence le 12 juin 2013 en commission de la culture, de l'éducation et de la communication. Officiellement, aucun des groupes au Sénat n'a, à ce jour, annoncé son vote final, mais le groupe socialiste n'ayant pas la majorité (1), des incertitudes existent sur l'issue du vote en commission, tandis qu'un vote négatif en séance publique semble probable. Un accord en commission mixte paritaire est quant à lui peu vraisemblable. Dans ces conditions, le texte pourrait donc être examiné trois fois par l'Assemblée, le tout d'ici la fin de la session parlementaire, fixée au 26 juillet.

Lire la suiteLire la suite