Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

« On donne trop de place au sensationnel dans la communication de la police » (Sylvie Feucher)

« On donne trop de place, aujourd'hui, au sensationnel dans la communication de la police », affirme Sylvie Feucher, commissaire divisionnaire en poste à l'inspection générale de la police nationale, jeudi 20 juin 2013. Elle s'exprimait lors d'un séminaire intitlué « Regards croisés sur la culture professionnelle des gendarmes et la culture professionnelle des policiers », organisé notamment par l'université Panthéon-Assas et le Cesdip à Melun. « Quand on laisse la parole aux gens de terrain, au policier du quotidien, cela met en valeur le policier, parce qu'il est capable de parler d'une manière empathique de son métier et cela passe très bien au niveau de la population », souligne-t-elle par ailleurs. La policière pointe en outre le discours institutionnel « peu compréhensible » tandis que le général Bertrand Cavallier révèle les résultats d'un questionnaire adressé à des gendarmes.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 94 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Le traitement des statistiques de la délinquance et la présence des syndicats dans les médias abordés lors d'un colloque du Cesdip

Le seul moyen, pour les syndicats de police, d'être présents dans les médias est de commenter les faits divers. Tel est le constat dressé par Yannick Danio, secrétaire national d'Unité SGP police-FO chargé des relations avec la presse, jeudi 28 mars 2013 à Paris. « Nous ne pouvons pas faire passer de message politique dans les médias », regrette le syndicaliste, qui intervenait lors d'un colloque - « La police entre fiction et non-fiction » - organisé par le Cesdip (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales). « Il faut que cela s'arrête et que la police nationale apprenne à communiquer sur les faits divers. Pour l'instant, les organisations syndicales n'ont pas d'alternative pour sortir de ce système. »

Lire la suiteLire la suite
« La police capitalise sur l'image qui est donnée d'elle dans la fiction » (Christian Mouhanna, directeur adjoint du Cesdip)

« La police fonctionne sur les mythes qu'elle produit, et capitalise sur l'image qui est donnée d'elle dans la fiction », affirme Christian Mouhanna directeur adjoint du Cesdip (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales) et chargé de recherches au CNRS. Il s'exprimait en ouverture du colloque « La police entre fiction et non-fiction » organisé par le Cesdip à Paris jeudi 28 mars 2013. Cette représentation dans les médias « permet au policier de se construire une image par rapport à l'extérieur, et à l'institution policière d'asseoir son pouvoir et de prospérer sur l'image de puissance donnée à travers la fiction et les médias », souligne-t-il. « L'institution sait jouer sur la communication pour influer sur son image. Il y a du media training, des mises en scène, des services de communication de plus en plus étoffés et élaborés. Elle peut aussi jouer sur les oeuvres de fiction, en participant notamment à l'élaboration d'une série télévisée », détaille Christian Mouhanna.

Lire la suiteLire la suite
Les policiers sont stressés par « la préoccupation permanente de contrôle de leur image » (« Questions pénales »)

« La préoccupation permanente de contrôle de leur image est chez les policiers la composante centrale d'un stress relationnel associé à la visibilité de leur travail dans l'espace public. La sur-médiatisation de l'institution pèse alors plus fortement sur les épaules des policiers en tenue ». C'est ce qu'indique Michaël Meyer, post-doctorant à l'université de Lausanne et chercheur associé au Cesdip. Dans une étude intitulée « Voir et être vu. L'image de la police entre professionnels, médias et publics » et publiée dans la revue « Questions pénales », mercredi 2 janvier 2013, il souligne que « la présence visible d'un dispositif d'enregistrement pousse en effet les agents au durcissement et rend impossible toute proximité et tout travail de conciliation ». Selon le chercheur, « en voulant prévenir les abus, le fait de filmer une intervention de police introduit d'abord la nécessité pour les agents de se sortir rapidement de l'épreuve de visibilité, mais sans pouvoir recourir aux routines informelles et aux marges discrétionnaires ».

Lire la suiteLire la suite