Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

URGENT. Formation des chômeurs : l'Igas propose d'augmenter le taux de contribution au FPSPP en période de crise

L'augmentation du taux de contribution au FPSPP (fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels) « en période de crise » est l'une des 30 recommandations du pré-rapport de l'Igas sur la formation des demandeurs d'emploi réalisé par l'Igas dans le cadre de la MAP (modernisation de l'action publique). La formation peut être considérée comme « un investissement immatériel dans le capital humain et un stabilisateur automatique contracyclique dans la mesure où le chômage rend disponible une force de travail qui, sinon, serait employée à des tâches productives ». L'inspection générale propose aussi d'évaluer de matière systématique l'efficacité des formations et d'améliorer la qualité de l'offre en labellisant les organismes de formation.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Cour des comptes recommande de rationaliser les interventions en matière de formation professionnelle des jeunes et des chômeurs

Une « meilleure articulation » des interventions en matière de formation professionnelle des jeunes et des demandeurs d'emploi permettrait de réaliser des « économies significatives », estime la Cour des comptes dans son rapport d'audit sur les finances publiques remis lundi 2 juillet 2012 au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault (AEF n°211375). La Cour évoque un dépassement budgétaire en 2012 compris entre 20 et 200 millions d'euros pour les crédits du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle. Selon la Cour, l'exécution 2012 « pourrait être facilitée par des prélèvements sur la trésorerie de certains opérateurs pour financer des dépenses relevant des compétences de l'État ». Elle observe cependant que « de telles ponctions sont concevables lorsque les établissements ou fonds concernés disposent de réserves importantes mais ne sauraient se perpétuer en raison du tarissement des trésoreries ».

Lire la suiteLire la suite