Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'Ademe évalue la production potentielle de biogaz à 56 TWh d'énergie primaire d'ici à 2030

L'Ademe évalue le gisement global mobilisable à 2030 pour la méthanisation à 130 millions de tonnes de matières brutes soit 56 TWh d'énergie primaire en production de biogaz, dans un rapport d'avril 2013. Réalisés par l'association spécialisée Solagro et l'entreprise de conseil Indiggo, ces travaux ont été présentés à l'occasion du colloque sur la prévention et la gestion des déchets dans les territoires, les 25 et 26 juin. Ce gisement, composé à 90 % de matières agricoles, « représente 30 % du gisement net disponible, le potentiel de production de biogaz à partir des ressources considérées dans cette étude s'élève à 185 TWh ». Les régions avec le potentiel le plus important sont la Picardie, la Champagne-Ardenne, les Pays-de-la-Loire et le Centre, celles avec le moins de potentiel étant la Corse, l'Alsace, la Franche-Comté, le Limousin, la Paca et le Languedoc-Roussillon, précise l'agence qui espère voir son étude utilisée dans les « prospectives régionales de développement ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Biomasse : deux députés demandent l'adoption de « lignes stratégiques » sur le bois-énergie et les biocarburants

Les députés Sophie Rohfritsch (UMP, Bas-Rhin) et François-Michel Lambert (EELV, Bouches-du-Rhône) demandent au gouvernement de décider « rapidement » des « options françaises » en matière de bois-énergie et de biocarburants, comme il l'a déjà fait pour le biogaz avec le plan « énergie méthanisation autonomie azote » présenté fin mars (AEF n°192406), lors d'une présentation de leur rapport d'information intitulé « la biomasse au service du développement durable », devant la commission du développement durable de l'Assemblée nationale, mercredi 19 juin 2013. Les deux parlementaires critiquent les appels d'offre de la CRE (Commission de régulation de l'énergie) (AEF n°262729) et plaident plutôt pour « une organisation territoriale des acteurs publics et privés autour de projets de taille raisonnable, privilégiant la production de chaleur, la cogénération et la production de biométhane ».

Lire la suiteLire la suite
La région Midi-Pyrénées veut utiliser son potentiel de production du biogaz

« D'après nos estimations, le potentiel de production de biogaz en Midi-Pyrénées pourrait atteindre jusqu'à 2 200 gigawattheures par an, soit l'équivalent d'un quart de la consommation annuelle totale de gaz naturel des secteurs résidentiels et tertiaires dans la région (1). Et cela permettrait la création de 1 000 emplois directs. Nous devons utiliser ce potentiel », affirme Martin Malvy, président (PS) du conseil régional Midi-Pyrénées, lors des « premières rencontres pour le développement du biogaz », organisées par la région le 13 décembre 2012 à Toulouse. À cette occasion, Martin Malvy et Patrick Corbin, directeur régional Sud-Ouest de GRDF, ont signé une convention de partenariat « relative au biogaz et à la précarité énergétique ». « Nous sommes convaincus que les solutions locales sont les plus pertinentes : chaque région a des potentialités qu'il faut exploiter au mieux », déclare Patrick Corbin. Il met en avant le biométhane, « du biogaz épuré qui peut être injecté dans le réseau de gaz pour être consommé un peu plus loin, marquant le début d'une économie circulaire, avec un transport sur quelques kilomètres uniquement ». « C'est une filière en émergence et prometteuse dans la région, qui pourrait devenir réalité sous peu, puisque nous avons reçu le 5 décembre une première demande pour la réalisation d'une station d'injection dans les Hautes-Pyrénées. »

Lire la suiteLire la suite