Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Rhône-Alpes : franche opposition entre l'exécutif et le groupe EELV lors d'un débat sur le Lyon Turin

Le groupe EELV du conseil régional Rhône-Alpes a refusé d'assister au débat organisé par l'exécutif portant sur le projet de ligne ferroviaire Lyon-Turin. « Ce débat était demandé depuis six mois par EELV, or il s'est transformé en opération de promotion du projet, en présence des principaux lobbies et promoteurs. C'est une parodie de débat », justifie Jean-Charles Kohlaas, président de la commission transports aux conseil régional. Au contraire, ce débat organisé en présence des représentants de la Commission intergouvernementale pour le Lyon-Turin, de Lyon Turin Ferroviaire, et de RFF (Réseau ferré de France) a permis, rétorque la présidence, de « présenter l'état d'avancement du projet, ses prochaines étapes et alimenter le débat ». Les deux camps se sont notamment affrontés sur la lecture du rapport Mobilité 21 rendu par Philippe Duron remis le 27 juin au ministre des Transports (AEF n°186688).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Transports : le rapport Mézard-Pointereau préconise d'investir en priorité dans la rénovation des réseaux existants

Dans leur rapport « Les collectivités territoriales et les infrastructures de transport », les sénateurs Jacques Mézard (PRG, Cantal) et Rémy Pointereau (UMP, Cher) dressent des priorités « à retenir pour éviter toute aggravation de la fracture territoriale existante ». Les élus, qui présenteront leur travail le 3 juillet 2013 au Sénat, préconisent, comme le rapport Duron, de « donner la priorité aux investissements portant sur la modernisation des infrastructures existantes, qu'elles soient routières, ferroviaires ou fluviales ». « Les investissements dans les infrastructures de transport sont des investissements d'avenir, entrant dans la catégorie des dettes ultérieurement productives. » C'est d'ailleurs pour cette raison que la France va lancer cet été « un grand plan d'investissement sur dix ans, portant sur quatre grandes filières : numérique, transition énergétique, santé et grandes infrastructures de transport ».

Lire la suiteLire la suite
Liaison ferroviaire Lyon-Turin : des compléments nécessaires « sur d'assez nombreux points » (Autorité environnementale)

L'Autorité environnementale « constate » que l'étude d'impact du projet de RFF (Réseau ferré de France) de liaison ferroviaire entre Lyon et Turin « nécessite des compléments ou des approfondissements sur d'assez nombreux points », dans un avis rendu public vendredi 9 décembre 2011. Cette instance, rattachée au ministère du Développement durable à travers le CGEDD (Conseil général de l'environnement et du développement durable) et installée depuis mai 2009, est chargée de rendre des avis sur les impacts environnementaux des projets qui dépendent du ministère, tels que l'Iter (L'AEF n°245079) et l'EPR de Penly (L'AEF n°243214), ainsi que sur certains plans et programmes à l'instar du Grand Paris et du Snit (schéma national d'infrastructures de transport). Elle est constituée de quinze membres, dont cinq personnalités qualifiées.

Lire la suiteLire la suite