Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

« Le problème des achats publics sanctionne nos start-up innovantes d'une double peine » (Florence Ghrenassia, AP-HP)

Alors que l'AP-HP a contribué à créer 50 entreprises innovantes, le code des marchés publics fait que sa politique des achats ne peut pas être cohérente avec sa politique de transfert et de soutien aux start-up. C'est ce qu'explique Florence Ghrenassia, directrice de l'OTT&PI (Office du transfert de technologie et des partenariats industriels) de l'AP-HP, dans un entretien accordé à AEF début juillet 2013. « Ce problème des achats sanctionne nos start-up d'une double peine », affirme-t-elle : « Non seulement elles peuvent se faire 'souffler' un marché à leur portée par un grand groupe, mais elles perdent du même coup leur crédibilité auprès d'autres acheteurs potentiels puisque l'AP-HP (…) n'achète même pas leurs produits ! » Florence Ghrenassia évoque aussi la situation de la valorisation et du transfert en Île-de-France et son rôle d'administratrice du Réseau Curie, et revient sur les rencontres APInnov.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Un « ensemble de simplifications » rendra le crédit impôt recherche « plus accessible dès 2014 » (Cimap)

« Le crédit impôt recherche sera rendu plus accessible dès 2014 pour les entreprises grâce à un ensemble de simplifications. » Telle est l'une des 200 mesures de simplification prévues par le Cimap (comité interministériel pour la modernisation de l'action publique), mercredi 17 juillet 2013, à travers « 40 décisions ». Parmi les « réformes structurelles », « le gouvernement décide de recentrer ses interventions économiques autour de quatre priorités : innovation, industrie, investissement, international ». Au total, sur les aides aux entreprises, le gouvernement entend dégager « 1,5 Md€ d'économies en 2014 et poursuit l'objectif de 2 Md€ pour 2015 ». Le Cimap retient d'autres mesures intéressant les entreprises innovantes, dont le « principe de la confiance a priori » pour les fonds publics attribués sous forme d'avance remboursable, ou « la mise en place de politiques d'achat favorables à l'innovation ».

Lire la suiteLire la suite
Le contrat de filière des industries de santé cherche à accroître l'attractivité de la France comme lieu de R&D

La sixième réunion du CSIS (Conseil stratégique des industries de santé), tenue sous la présidence du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, vendredi 5 juillet 2013, est suivie par la signature du contrat de filière des industries et technologies de santé par l'État (1) et les représentants des syndicats professionnels, en présence des organisations syndicales. Ce contrat de filière « rassemble 44 propositions issues d'une quinzaine de groupes de travail autour de quatre grandes thématiques » dont une pour la recherche, l'innovation et la formation, indiquent les services du Premier ministre. Les dispositions sur la recherche visent à « conforter et accroître l'attractivité de la France comme lieu de recherche et développement des industries de santé ». De son côté, le Leem « salue » certaines mesures, dont « la simplification administrative des partenariats de recherche public-privé ».

Lire la suiteLire la suite
Club R&I d'AEF : « Les PME innovantes ont du mal à se faire référencer par les services achats des groupes » (Ph. Berna, Comité Richelieu)

« Les PME ont du mal à se faire reconnaître et référencer d'une part par les pôles R&D des grands groupes, mais plus encore par leurs services des achats. J'attendais du rapport Beylat-Tambourin un rééquilibrage entre ce qui se passe en amont avec la R&D et ce qui se passe en aval avec la contractualisation (AEF n°192222). Or, les politiques vont plus vers le soutien à la recherche. » C'est ce que déclare Philippe Berna, président du Comité Richelieu, lors d'une réunion du club « recherche et innovation » d'AEF, mardi 16 avril 2013 à Paris, avec comme invitée Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique (AEF n°191380). Une quinzaine de responsables R&D de grands groupes industriels et de responsables de PME innovantes participent à la rencontre (1).

Lire la suiteLire la suite