Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Corruption : avec les lois anglo-saxonnes, l'attitude des entreprises a « radicalement changé » (D. Lebègue, TI)

Sous l'impulsion des loi anti-corruption aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui permettent de poursuivre tout groupe ayant une activité liée à leurs pays, quelle que soit la nationalité du groupe et le pays où il commet le délit, l'attitude des entreprises françaises « a radicalement changé », constate Daniel Lebègue, président de Transparency International France, mardi 23 juillet 2013. La lutte contre la corruption fait partie des sujets de RSE : le décret d'application de l'article 225 de la loi Grenelle II, relatif au reporting extrafinancier, indique que le rapport extrafinancier des entreprises mentionne la « loyauté des pratiques », c'est-à-dire notamment les actions destinées à prévenir la corruption. Daniel Lebègue revient pour AEF sur les résultats du rapport annuel du Service central de prévention de la corruption, paru le 17 juillet 2013, et compare les législations française et anglo-saxonne sur le sujet, la première convergeant peu à peu vers la deuxième.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Lutte contre la corruption : un groupe de travail du Pacte mondial de l'ONU soumet à consultation un guide sur l'évaluation des risques

Un groupe de travail du Pacte mondial des Nations unies publie un projet de guide pratique complet sur la manière d'évaluer les risques dans la lutte contre la corruption, le 11 février 2013. Il est soumis à consultation jusqu'au 25 février 2013 (1). La lutte contre la corruption est le 10e principe des Nations unies.

Lire la suiteLire la suite
Corruption : le Danemark et la Finlande sont les bons élèves du classement 2012 de Transparency International

Le Danemark et la Finlande arrivent aux premiers rangs du classement de Transparency International, publié mercredi 5 décembre 2012. L'IPC (indice de perception de la corruption) évalue 176 pays en fonction de la perception du niveau de corruption affectant leur administration publique et classe politique. Ils sont suivis de la Nouvelle-Zélande, la Suède, Singapour, la Suisse, l'Australie, la Norvège, du Canada, et des Pays-Bas. « Si aucun des 25 pays évalués ne dispose d'un système de lutte contre la corruption totalement efficace, certains se distinguent par des garanties plus solides : les pays scandinaves d'abord, suivis par l'Allemagne, la Suisse et le Royaume-Uni », note l'ONG.

Lire la suiteLire la suite
Corruption : l'OCDE recommande de « veiller à ce que les sociétés et leurs filiales ne puissent se soustraire à leur responsabilité pénale »

Le groupe de travail de l'OCDE sur la corruption recommande à la France de « veiller à ce que les sociétés et leurs filiales ne puissent se soustraire à leur responsabilité pénale », après avoir mené l'évaluation de la mise en œuvre par le pays de la convention sur la lutte contre la corruption d'agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales et des instruments qui s'y rapportent (phase 3), mardi 23 octobre 2012. « La France doit intensifier ses actions pour lutter contre la corruption d'agents publics étrangers. Seules cinq condamnations - dont une concernant une société, non définitive - ont été prononcées en douze ans », rapporte le groupe de travail de l'OCDE. Il se dit « préoccupé par la faible réactivité des autorités dans des affaires impliquant des entreprises françaises pour des faits avérés ou présumés de corruption à l'étranger ». Il « regrette également des peines trop peu dissuasives et l'absence de confiscation des profits tirés de la corruption ».

Lire la suiteLire la suite