Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Laïcité : « Interdire le port de signes religieux ostensibles à l'université serait une très mauvaise idée » (JL Salzmann, CPU)

« Faire une loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l'université serait une très mauvaise idée. Nous l'avons dit et écrit à la mission 'laïcité' du Haut Conseil à l'intégration (HCI) qui a auditionné la CPU », indique à AEF Jean-Loup Salzmann, président de la CPU (Conférence des présidents d'université) et de l'université Paris-XIII. Il réagit à un article du « Monde » du 6 août 2013, selon lequel un rapport du HCI (1) propose l'adoption d'une loi interdisant dans l'enseignement supérieur public « les signes et tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse ». De son côté, l'Observatoire de la laïcité rappelle dans un communiqué du 5 août que ce rapport « n'engage que la mission laïcité du HCI, mission qui n'est plus en fonction » et que « cette question n'est pas à ce jour » dans son programme de travail. L'Unef estime quant à elle que « la laïcité ne doit pas être la stigmatisation de l'islam ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Accord France-Vatican sur les diplômes : l'Unsa Éducation « relève le caractère alambiqué de la décision du Conseil d'État »

La fédération Unsa Éducation « prend acte » du rejet des recours en annulation déposés auprès du Conseil d'État contre le décret reproduisant l'accord signé entre le Vatican et le MAE (AEF n°264262) mais « relève le caractère alambiqué de la décision du Conseil d'État », annonce-t-elle lundi 12 juillet 2010. Ce décret porte sur la reconnaissance des grades et diplômes de l'enseignement supérieur entre la France et le Saint-Siège. Dans ses conclusions, le rapporteur public de la section du contentieux du Conseil d'État, Rémi Keller, avait proposé le rejet des requêtes en annulation déposées par 29 associations (dont l'Unsa Education), 57 sénateurs, 14 députés et 25 particuliers (AEF n°265432).

Lire la suiteLire la suite