Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le coût de la vie étudiante augmente de 1,6 % selon l'Unef ; celui de la rentrée augmente de 2 % selon la Fage

« Le coût de la vie étudiante sera plus élevé de 1,6 % » à la rentrée 2013 par rapport à la rentrée 2012, déclare Emmanuel Zemmour, président de l'Unef, lors d'une conférence de presse lundi 19 août 2013, à Paris. Le coût d'une année d'études oscillera donc selon l'organisation entre 10 500 € et 15 500 € pour l'année 2013/2014. Il s'agit d'une hausse « un peu plus mesurée que l'année précédente », puisque le coût de la vie étudiante augmentait alors de 3,7 % (AEF n°208515). Face à ce constat, le président de l'Unef, qui présente son étude annuelle, demande le gel des frais obligatoires, l'exonération de la taxe d'habitation pour les étudiants et le passage de 7 000 à 300 000 allocations autonomie d'ici la fin du quinquennat. De son côté, la Fage dénonce dans une autre étude, une rentrée étudiante « toujours plus chère » (2 481 € en moyenne) et demande au gouvernement de renoncer « à l'augmentation des frais fixes. »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La hausse des droits d'inscription est « une occasion manquée » de « limiter l'envol du coût de la rentrée pour les étudiants » (Fage)

Les « hausses » des frais de scolarité pour l'enseignement supérieur, « semblables à celles de l'an dernier, sont une occasion manquée par le gouvernement de limiter l'envol du coût de la rentrée pour les étudiants, chiffré à 2 372,40 euros en 2011 » (AEF n°234417), déclare la Fage, le 13 août 2012, après la publication au Journal officiel du 9 août des frais d'inscription pour 2012-2013 dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche (AEF n°211017 et AEF n°208827). Cette augmentation est de « 4 euros » en licence, « 8 euros » en doctorat et « plus de 10 euros » en orthophonie et dans les écoles d'ingénieurs, selon l'organisation étudiante, qui « condamne les choix politiques du gouvernement ». Elle va « à l'encontre d'une véritable politique en faveur de la démocratisation de l'enseignement supérieur en France alors que la représentation des classes populaires y est en recul depuis cinq ans ».

Lire la suiteLire la suite
Aides sociales : un rapport de l'Igas préconise la suppression du cumul APL-demi part fiscale, sauf pour les boursiers. L'Unef s'y oppose

« Le cumul de l'aide personnelle au logement pour un étudiant, avec un avantage fiscal pour sa famille, pose une question d'équité et d'efficience de la dépense publique. » C'est ce qu'estiment l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) et la mission nationale de contrôle et d'audit des organismes de sécurité sociale dans leur rapport intitulé « Évaluation des aides personnelles au logement », remis à Cécile Duflot, ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, mardi 24 juillet 2012. Elles y formulent 27 recommandations pour améliorer le dispositif des aides au logement. Dans un volet consacré au « cas particulier des étudiants », la mission juge « incohérente » la possibilité pour des familles, quel que soit leur niveau de revenu, de percevoir des APL « en raison de la présence au sein du foyer d'un étudiant ou parce que celle-ci verse une pension à son enfant ». Elle propose donc « que le choix de demander une aide personnelle au logement [exclue] pour la famille la possibilité de rattacher le bénéficiaire à son foyer fiscal ou de déduire les pensions qui lui sont versées ».

Lire la suiteLire la suite
Frais « illégaux » : l'Unef recense, pour 2012-2013, 30 établissements s'exposant à des recours contentieux, contre 40 en 2011

« 30 établissements d'enseignement supérieur [universités et écoles] sont aujourd'hui dans l'illégalité en matière de droits d'inscription et s'exposent à des recours contentieux », indique l'Unef, mardi 17 juillet 2012, dans un communiqué. C'est 10 établissements de moins que l'an passé. L'Unef, qui publie ce « palmarès des frais d'inscription illégaux » pour la huitième année consécutive, demande à Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, de « prendre ses responsabilités en faisant respecter la loi dans tous les établissements concernés ».

Lire la suiteLire la suite