Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Aide aux victimes : la députée Nathalie Nieson estime que l'accès aux commissariats « reste dissuasif »

« L'accès aux institutions policières et de gendarmerie - malgré des efforts ces dernières années - reste dissuasif », affirme la députée SRC de la Drôme, Nathalie Nieson dans son rapport sur le financement des associations d'aide aux victimes et la gouvernance de la politique nationale d'aide aux victimes. Dans ce rapport, présenté à la ministre de la Justice le 24 juillet 2013, elle recommande de « mobiliser les commissariats et gendarmeries afin de mieux orienter les victimes et être proactifs : un service de police saisi avertit systématiquement l'association d'aide aux victimes pour les situations les plus délicates. » Elle pointe également la baisse des financements de l'aide aux victimes et propose de nouvelles ressources financières en augmentant notamment les amendes d'infractions pénales.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le Conseil national des villes propose de « tenir un comité interministériel sur l'aide aux victimes »

« Tenir un comité interministériel sur l'aide aux victimes, en termes d'orientations et de financements. » C'est l'une des deux propositions formulées par le CNV (Conseil national des villes) dans un avis adopté jeudi 17 janvier 2013, intitulé « L'aide aux victimes d'actes de criminalité sur les territoires : quelle politique publique nationale pour 2013 et 2014 ? ». L'un des objectifs de ce comité serait de « recentrer l'action des intervenants sociaux en commissariat sur la prévention de la victimisation et de la réitération en intervenant en temps réel sur les publics sociaux révélés par l'action de la police. » En effet, les auteurs du document indiquent que « l'ANISCG (Association nationale de l'intervention sociale en commissariat et gendarmerie) constate une dérive dans le fonctionnement des intervenants sociaux en commissariats. Ceux-ci ont été crées d'abord pour éviter la victimisation, en intervenant systématiquement sur les auteurs – surtout mineurs et primo délinquants – pendant leur présence au commissariat. L'objectif était d'empêcher le passage à l'acte ou la réitération ».

Lire la suiteLire la suite