Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Philippe Martin annonce la création d'une contribution climat-énergie, sans en préciser les modalités

Le ministre de l'Écologie Philippe Martin annonce jeudi 22 août 2013 la création d'une contribution climat énergie, lors de la première journée de l'université d'été d'EELV à Marseille. « Sur la fiscalité écologique, je suis venu vous confirmer la décision actée par le Premier ministre de créer une contribution climat-énergie », a-t-il ainsi déclaré, sans préciser ses modalités de mise en oeuvre. « Les arbitrages sont actuellement en cours entre Matignon et les différents ministères concernés », indique le Medde à AEF, vendredi 23 août, mais souligne la terminologie à employer. « Il s'agit d'une 'contribution climat-énergie' et non d'une 'taxe carbone' parce que c'est un verdissement de taxes existantes. » Elle visera néanmoins à taxer la consommation, par des particuliers et des entreprises, d'énergies polluantes.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Taxe carbone : une étude d'impact du Medef plaide pour une redistribution totale des recettes

L'introduction d'une taxe carbone aurait un effet récessif sur l'économie sauf si le gouvernement décidait de redistribuer les recettes dans leur totalité : c'est l'analyse faite par l'institut Coe-Rexecode pour le Medef, l'UIC (Union des industries chimiques) et le GFI (Groupe des fédérations industrielles) dans un rapport dont la synthèse a été rendue publique jeudi 25 juillet 2013. Cette étude d'impact est fondée sur le scénario développé par l'économiste Christian de Perthuis en tant que président du comité pour la fiscalité écologique. Réuni en juin dernier, celui-ci ne l'avait pas adopté, du fait notamment de l'opposition du Medef et de la CGT (AEF n°187759). « C'est la seule et première étude d'impact sérieuse sur le mécanisme Perthuis », estime auprès d'AEF Développement durable Jean Pelin, directeur général de l'UIC, vendredi 26 juillet.

Lire la suiteLire la suite
Fiscalité écologique : le comité Perthuis fournit de « précieux éléments d'analyse » pour le PLF 2014 (gouvernement)

« Le gouvernement confirme sa détermination à faire de la loi de finances pour 2014 le premier acte du verdissement de la fiscalité française », assurent jeudi 18 juillet 2013, par voie de communiqué, les ministres Pierre Moscovici (Finances), Philippe Martin (Écologie) et Bernard Cazeneuve (Budget), lors de la réception du rapport d'étape du CFE (comité pour la fiscalité écologique), élaboré par son président Christian de Perthuis. Ce comité a été installé en décembre dernier, à la suite de la conférence environnementale de 2012. Il comprend six groupes de parties prenantes (1), et est chargé d'émettre des avis et propositions destinés à favoriser la mise en place d'une fiscalité écologique en France. Les avis qu'il a adoptés sur le différentiel de taxation entre le gazole et l'essence, la fiscalisation des fluides frigorigènes ou les outils fiscaux au service de la lutte contre l'artificialisation des sols « fournissent au gouvernement de précieux éléments d'analyse », assurent les ministres.

Lire la suiteLire la suite
Assiette carbone : « Mon scénario constitue un grand pas en avant » (Christian de Perthuis, comité fiscalité écologique)

Christian de Perthuis, président du comité pour la fiscalité écologique, revient vendredi 14 juin 2013 pour AEF Développement durable, sur la séance plénière de la veille, lors de laquelle il a présenté un scénario d'introduction d'une assiette carbone dans la fiscalité énergétique existante (AEF n°188021). « J'assume ces propositions qui me paraissent constituer un grand pas par rapport à la situation existante », déclare l'économiste. Le président du conseil scientifique de la chaire économie du climat de l'université Paris Dauphine et de CDC Climat explique également pourquoi il a décidé de ne pas procéder à un vote des membres, estimant qu' « il y a un moment où l'autorité publique doit intervenir pour trancher », et quelles sont les prochaines échéances du comité, avec le lancement de deux nouveaux groupes de travail sur les déchets et la biodiversité.

Lire la suiteLire la suite
Fiscalité écologique : Jean Pelin explique à AEF la position du Medef à la réunion du 13 juin du comité Perthuis

Jean Pelin, directeur général de l'UIC (Union des industries chimiques) et représentant du Medef au comité pour la fiscalité écologique, s'irrite de la forme qu'a prise, jeudi 13 juin 2013, la position du comité pour la fiscalité écologique sur l'assiette carbone et la fiscalité essence-gazole (AEF n°187759), dans un entretien accordé à AEF Développement durable, vendredi 14 juin. Si, « sous réserve d'isofiscalité », le Medef n'est « pas opposé à un transfert de fiscalité pour donner un signal-prix en faveur de l'environnement », il demande de nouvelles études d'impact « complètes et approfondies » sur les secteurs industriels qui seront touchés (transport, énergie…). Jean Pelin revient aussi sur l'opposition de l'organisation patronale à l'avis sur l'eau également examiné par le comité jeudi (AEF n°187757) et sur son soutien à l'avis relatif à l'artificialisation des sols.

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Fiscalité carbone et gazole : le comité pour la fiscalité écologique laisse le gouvernement trancher

Deux scénarios sur la mise en oeuvre d'une assiette carbone et d'un rééquilibrage de la taxation essence-gazole ont été examinés par le comité pour la fiscalité écologique, dans la matinée de jeudi 13 juin 2013. Le premier est le projet préparé par le président du comité, l'économiste Christian de Perthuis, qui propose une taxe allant de 7 à 20 euros la tonne de CO2 entre 2014 et 2020 et une réduction d'un centime par an de l'écart de taxation entre l'essence et le gazole. Le second est un scénario de « compromis » présenté par la FNH (Fondation Nicolas Hulot), qui propose un taux de 40 euros par tonne en 2020 (tout en commençant au même montant de 7 euros la tonne en 2014) et un rattrapage de deux centimes d'euros par an entre les deux carburants. Le comité n'a pas procédé à un vote des deux scénarios. Il les présentera, accompagnés des positions de chaque membre, au gouvernement pour que celui-ci puisse procéder à des arbitrages dans le cadre du projet de loi de finances 2014.

Lire la suiteLire la suite