Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

En Belgique, « le bracelet électronique est devenu la norme pour l'exécution des peines de moins de trois ans » (presse)

« Depuis mars dernier, le bracelet électronique est devenu la norme pour l'exécution des peines de prison de moins de trois ans », affirme un article de la RTBF, publié jeudi 22 août 2013. « Désormais, chaque jour 1 500 personnes sont soumises à une surveillance électronique. C'est un nombre record, au lieu de 800 en janvier de l'année dernière », précise l'article. Il dresse un bilan de l'action de la ministre de la Justice belge, Annemie Turtelboom, dans ce domaine.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le ministère de la Justice publie un guide méthodologique sur le placement sous surveillance électronique

Le ministère de la Justice propose un guide méthodologique sur le placement sous surveillance électronique, dans une circulaire du 28 juin 2013, publiée au bulletin officiel complémentaire du lundi 15 juillet 2013. L'objectif de ce document est « de faciliter le prononcé et la mise en oeuvre » des mesures de placement sous surveillance électronique. La Chancellerie rappelle qu'au « 1er mai, 10 760 personnes bénéficiaient d'une surveillance électronique dans le cadre d'un aménagement de peine (représentant ainsi plus de 77,5 % des aménagements de peine sous écrou), 678 personnes exécutaient leur peine sous Sefip (surveillance électronique de fin de peine) et 237 personnes étaient placées sous Arse (assignation à résidence sous surveillance électronique) ».

Lire la suiteLire la suite
Le système britannique de bracelet électronique a « désépérement besoin d'une réforme » (rapport du think tank « Policy Exchange »)

« Une grande partie du potentiel de la surveillance électronique n'est pas exploité », explique une étude (en anglais) conduite par le think tank britannique « Policy Exchange » et publiée lundi 24 septembre 2012. « Nous avons un système sclérosé, centralisé, qui a enrichi deux ou trois fournisseurs privés. […] Il échoue à démontrer son utilité pour faire baisser la récidive », explique Chris Miller, auteur du rapport, et ancien spécialiste de la surveillance électronique au sein de l'Association of Chief Police Officers. Le système actuel de bracelet électronique a « désespérement besoin d'une réforme », poursuit le rapport. Il rappelle que les missions de surveillance électronique sont assurées, en Grande-Bretagne, par des entreprises privées, en particulier Serco et G4S. Le think tank dénonce des situations de monopole régional et « peu de concurrence ». « Cela a entraîné un manque d'innovation dans la technologie et les programmes. »

Lire la suiteLire la suite