Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

L'annonce de Philippe Martin sur la création d'une contribution climat-énergie suscite de vives réactions

L'annonce jeudi 22 août 2013 du ministre de l'Écologie Philippe Martin de la création d'une contribution climat-énergie, et alors même que les modalités de sa mise en oeuvre ne sont pas précisées, suscite de vives réactions. Ainsi « l'annonce par le ministre de l'environnement d'une nouvelle forme de fiscalité écologique est un mauvais coup porté aux entreprises, à la croissance et à l'emploi », déclare le Medef dans un communiqué, vendredi 23 août 2013. La FNTR, le Rac ont également réagi, tout comme les députés de la majorité. La veille, lors de la première journée de l'université d'été d'EELV à Marseille (AEF n°183768), Philippe Martin a « confirmé la décision actée par le Premier ministre de créer une contribution climat-énergie » sans toutefois en préciser les montants ni le ryhtme, les « arbitrages » étant encore « en cours ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Taxe carbone : une étude d'impact du Medef plaide pour une redistribution totale des recettes

L'introduction d'une taxe carbone aurait un effet récessif sur l'économie sauf si le gouvernement décidait de redistribuer les recettes dans leur totalité : c'est l'analyse faite par l'institut Coe-Rexecode pour le Medef, l'UIC (Union des industries chimiques) et le GFI (Groupe des fédérations industrielles) dans un rapport dont la synthèse a été rendue publique jeudi 25 juillet 2013. Cette étude d'impact est fondée sur le scénario développé par l'économiste Christian de Perthuis en tant que président du comité pour la fiscalité écologique. Réuni en juin dernier, celui-ci ne l'avait pas adopté, du fait notamment de l'opposition du Medef et de la CGT (AEF n°187759). « C'est la seule et première étude d'impact sérieuse sur le mécanisme Perthuis », estime auprès d'AEF Développement durable Jean Pelin, directeur général de l'UIC, vendredi 26 juillet.

Lire la suiteLire la suite
Fiscalité écologique : le comité Perthuis fournit de « précieux éléments d'analyse » pour le PLF 2014 (gouvernement)

« Le gouvernement confirme sa détermination à faire de la loi de finances pour 2014 le premier acte du verdissement de la fiscalité française », assurent jeudi 18 juillet 2013, par voie de communiqué, les ministres Pierre Moscovici (Finances), Philippe Martin (Écologie) et Bernard Cazeneuve (Budget), lors de la réception du rapport d'étape du CFE (comité pour la fiscalité écologique), élaboré par son président Christian de Perthuis. Ce comité a été installé en décembre dernier, à la suite de la conférence environnementale de 2012. Il comprend six groupes de parties prenantes (1), et est chargé d'émettre des avis et propositions destinés à favoriser la mise en place d'une fiscalité écologique en France. Les avis qu'il a adoptés sur le différentiel de taxation entre le gazole et l'essence, la fiscalisation des fluides frigorigènes ou les outils fiscaux au service de la lutte contre l'artificialisation des sols « fournissent au gouvernement de précieux éléments d'analyse », assurent les ministres.

Lire la suiteLire la suite