Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Déserts médicaux : les critiques du SNJMG sur le praticien territorial de médecine générale et celle de Guy Vallancien

La parution le 15 août 2013 au journal officiel du décret et des arrêtés précisant le contenu et la mise en oeuvre des contrats de praticiens territoriaux de médecine générale (AEF n°184007) est mal reçue par le SNJMG qui critique, lundi 26 août dans un communiqué, ce « gadget de l'été » et évoque un « arbre qui cache la forêt du démembrement de la médecine de proximité ». Le syndicat de jeunes généralistes appelle le gouvernement à prendre de « réelles mesures » pour inciter les médecins à s'installer et annoncera ses propositions à l'automne. De son côté, dans un billet de son blog publié mardi 27 août, le Pr Guy Vallancien ironise sur « la litanie du 'désert médical' [qui] devient lassante ». Pour lui, elle repose « sur le concept passéiste d'une médecine individuelle plutôt villageoise et banlieusarde » qui « traduit malheureusement l'absence de réflexion pertinente sur une organisation sanitaire de proximité efficiente utilisant les outils de la modernité ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Déserts médicaux : Marisol Touraine rend compte au Sénat de l'avancée des mesures du pacte territoire-santé

Marisol Touraine a fait mardi 11 juin 2013 devant les sénateurs de la commission du Développement durable un point détaillé de l'application des douze mesures du « pacte territoire-santé » de lutte contre les déserts médicaux (AEF n°199931). Devant Hervé Maurey (UDI-UC Eure), rapporteur du groupe de travail sénatorial « présence médicale sur l'ensemble du territoire », elle rend compte de l'action des pouvoirs publics depuis décembre dernier. Ayant rappelé son refus de s'engager sur « la voie de la coercition » qualifiée d' « impasse », la ministre de la Santé assure qu'il existe désormais sur le terrain une « réelle dynamique ». Consigne a été donnée aux directeurs d'ARS de réunir régulièrement l'ensemble des parlementaires de leur région pour leur permettre de « mesurer concrètement l'état d'avancement » des engagements ministériels.

Lire la suiteLire la suite
Praticiens territoriaux de médecine générale : Marisol Touraine fixe à 55 000 euros le niveau de salaire annuel d'un généraliste débutant

« Un jeune médecin doit gagner 55 000 euros dans l'année. S'il n'arrive pas à ce plafond-là, on lui paiera la différence entre ce qu'il a gagné et 55 000 euros, ce qui lui permet d'avoir une forme d'assurance », a déclaré Marisol Touraine dimanche soir sur « M6 » dans le cadre d'une émission consacrée aux remèdes à la désertification médicale qui concernent certaines zones rurales et péri-urbaines. La ministre des Affaires sociales et de la Santé veut offrir un revenu garanti aux jeunes médecins généralistes tout juste diplômés qui postuleront pour l'un des 200 postes de « praticiens territoriaux de médecine générale » à pourvoir l'an prochain. Ces postes sont créés par le PLFSS 2013 adopté définitivement ce lundi 3 décembre par les députés. L'UFML réagit lundi 3 décembre en expliquant que « le fait d'assurer ces 4 600 euros, en laissant le tarif de la consultation à 23 euros ne résout rien à terme » à la question des déserts médicaux car elle est le résultat du « désengagement de l'État de ces zones géographiques, de l'abandon de la médecine libérale avec des rémunérations indignes qui ne reflètent plus la pratique, des obligations et des taches administratives toujours plus nombreuses, d'un vieillissement de la population médicale et donc de sa pénurie. ». Les internes de médecine générale de l'Isnar jugent au contraire cette mesure « bienvenue à cette période charnière du début de l'exercice ambulatoire, où les charges peuvent être supérieures aux revenus le temps de la création d'une patientèle. »

Lire la suiteLire la suite